Blog

Le vitrail, must du savoir-faire verrier

                     

Si présent dans le design contemporain qu’il en deviendrait presque banal, le verre revêt une dimension toute autre dès lors qu’il est façonné de main de maître tel un tableau. L’art du vitrail en est une preuve dont se parent avec faste de nombreux monuments historiques. Pour autant, appartient-il à des époques révolues ?

Par la variété de genres graphiques et de coloris qu’il peut revêtir, le vitrail s’intègre à tous les styles décoratifs.  Trop souvent réservé aux cages d’escaliers et aux édifices religieux, il revient dans nos intérieurs pour cloisonner sans occulter ou pour apporter plus d’intimité à l’espace: c’est le grand allié des fenêtres sur cour ou des voisinages trop proches. C’est aussi l’atout charme des vérandas et des grandes baies vitrées qu’il vient revêtir de nuances chatoyantes quel que soit le temps; on l’apprécie alors en petites touches préservant la vue sur l’extérieur tout en rendant l’intérieur plus cocoon. On le préfère traité en double vitrage pour une isolation optimale et un nettoyage facilité.

Il fait également un retour en force pour séparer les espaces : entre chambre et dressing, coin repas et cuisine, entrée et séjour, voici une solution raffinée pour masquer sans alourdir ni assombrir. Pour cet usage -sans source lumineuse directe- on privilégiera des compositions non (ou peu) teintées jouant sur le jeu graphique des plombs, sur la nature des verres, sur les effets apportés par gravure ou ajouts de peinture pour créer des effets subtils dans la prise de lumière (transparence /opalescence, matité /brillance).

C’est un puzzle ardu que compose le verrier dans les règles de l’art. Il exige une minutie extrême pour couper, sertir au plomb et assembler les différents éléments du vitrail; en amont, il lui aura fallu sélectionner avec soin chaque couleur, chaque texture de verre; en retravailler d’autres en gravure ou en peinture -grisailles, émaux, jaune à l’argent- cuite au four …  On pourrait presque qualifier de modelage tous ces ajustements de matière qui, au final, donnent de la profondeur à l’oeuvre et lui permettent d’accrocher pleinement la lumière aux bons endroits.

Dans un registre assez proche, d’autres techniques peuvent être mises en oeuvre pour créer des décors sans sertissage. Ainsi ce panneau mural, composé d’une base en verre sablé sur laquelle voguent en relief des motifs en pâte de verre coloré : les différentes formes sont réalisées séparément puis assemblées par collage. A la fois tableau et sculpture, voici un autre bel exemple du savoir-faire verrier !

(Photos France Vitrail, www.france-vitrail.com)