Blog

Oser la vigne sur son balcon

                              

L’automne approche, la vigne est à l’honneur sur les étals. Si représentative des traditions et des plaisirs gourmands, on rêve de pouvoir en admirer une devant sa fenêtre, pourtant on la croit réservée aux grandes étendues de nos régions viticoles. C’est un tort car elle s’épanouit aisément dans les petits espaces, même en pot sur un balcon. La voir grandir, voir se former les premières grappes et le feuillage se teinter des couleurs de saison offre déjà un spectacle prometteur. Mais avec un peu de patience, le bon s’ajoutera au beau car au bout de 3 ou 4 ans on pourra aussi en déguster les fruits juteux et sucrés.

A condition toutefois d’observer quelques règles élémentaires sans lesquelles la récolte serait insipide et la vigne uniquement décorative. Tout d’abord, il faut lui réserver un emplacement ensoleillé, un grand pot car sa croissance est vigoureuse et rapide, ainsi qu’ un treillage de fond auquel elle puisse s’accrocher. Un arrosage hebdomadaire et un peu d’engrais tous les mois en période estivale suffiront ensuite . En région froide, une protection hivernale est nécessaire

Le saviez-vous ? La réussite d’une vigne dépend avant tout de sa taille. Non taillée, elle se développe telle une liane et se ramifie au détriment de la production de fruits. C’est à la plantation qu’il faut commencer en ne laissant que deux bourgeons . L’année suivante, à la fin de l’hiver, on conserve seulement la branche la plus forte avec à nouveau deux ou trois bourgeons et l’on palisse : en limitant ainsi le développement on obtient d’année en année des pousses plus vigoureuses et un raisin de qualité. Pendant l’été, on supprime les grappes naissantes les plus petites et l’on taille le feuillage superflu pour renforcer l’énergie des plus beaux fruits.

Côté décoration, la vigne se prête à de nombreuses associations : on peut l’entourer de plantes aromatiques pour parfaire une ambiance terroir, la rendre plus champêtre avec des grimpantes à fleurs estivales comme la clématite ou le jasmin, ou encore jouer le contraste avec des persistants plus zen tel que le buis.

A déguster sans modération !

(Crédit photo, Fotolia )