Blog

Créer une galerie de portraits

                                                                      

Toutes les maisons ont une âme dit-on … Mais encore faut-il l’avoir créée ! Pour autant que l’on aime les intérieurs minimalistes et fonctionnels, pour autant que l’on apprécie le design contemporain, c’est souvent avec une petite touche d’éclectisme que la décoration prend une dimension plus personnelle. A chacun de lui apporter ce je-ne-sais-quoi qui en fera tout le charme.

Dans un appartement moderne et rationnel, les propriétaires regrettaient cependant de ne posséder aucun meuble ni souvenir de famille bien qu’ils n’apprécient guère l’accumulation de bibelots désuets. Une idée leur est venue en chinant chez un antiquaire de quartier : s’inventer une galerie de portraits ! Tout est parti d’un coup de coeur pour un portrait d’enfant du XIXème siècle. C’était décidé, il leur fallait des racines et mieux que d’austères ancêtres guindés, le mur de l’entrée accueillerait des visages d’enfants; la « jeune fille au noeud bleu » et le « jeune breton » y ont à leur tour pris place.

En laissant libre cours à l’inspiration du moment, en se laissant séduire par un thème ou par un style, on peut constituer un décor qui trouvera toute son originalité dans l’esprit de collection qui en est fait : ainsi cette série de portraits placés côte à côte donne une dimension esthétique plus forte qu’une toile isolée ou qu’un alignement sans fil conducteur. A condition toutefois de préserver une bonne harmonie graphique, obtenue ici grâce au parti pris de tons pastels …

Beaucoup hésitent à acheter des tableaux, ne s’estimant pas suffisamment connaisseurs. Peut-être est-il nécessaire de faire la différence entre la peinture cotée qu’il faut effectivement savoir évaluer, et celle de peintres plus anonymes mais non sans talent, dont le coût d’acquisition permet de se faire plaisir sans prendre de risques car on peut actuellement trouver de charmantes toiles au prix de reproductions insipides.
(Toiles chinées à la boutique Antiquités du Marché des Ternes, Paris)